Fipeco

Partager Partage sur Twitter Partage sur Facebook Partage sur Linkedin


FIPECO le 13.03.2022

Les notes d’analyse                                                                    V) Les dépenses publiques

5) D’où provient l’écart entre les dépenses publiques de la France et de la zone euro ?

         François ECALLE

PDF à lire et imprimer

Eurostat publie chaque année la ventilation des dépenses publiques par « fonction » dans les pays de l’Union européenne. Les « fonctions » de cette nomenclature correspondent pour la plupart à des politiques publiques. Ces données permettent donc de comparer le coût des politiques publiques, en pourcentage du PIB, en France et dans la zone euro. Elles permettent également de comparer la répartition des dépenses par politique publique en pourcentage du total des dépenses, donc de voir à quelles politiques les dépenses publiques ont été affectées en priorité selon les pays.

Cette note présente les résultats de l’année 2020 qui a été marquée par une crise exceptionnelle mais les écarts entre la France et les autres pays européens ne sont pas très différents de ceux qui étaient constatés les années précédentes (voir commentaire sur les dépenses publiques de 2019). En effet le rapport des dépenses publiques au PIB a été majoré dans tous les pays de la zone euro par la diminution du PIB, d’une part, et la hausse de dépenses qui ont été souvent les mêmes (santé, chômage, aides aux entreprises), d’autre part.

A) Le niveau des dépenses publiques en pourcentage du PIB

Les raisons pour lesquelles les dépenses publiques sont rapportées au PIB et ainsi comparées entre les pays ont été présentées dans une autre note.

Les dépenses publiques représentent 61,6 % du PIB en France en 2020 contre 53,8 % dans la zone euro. Autrement dit, pour un même niveau du PIB, les dépenses publiques s’élèvent à 1 115 € en France quand elles sont de 1 000 € dans la zone euro.

Les dépenses publiques consacrées à la protection sociale s’élevaient à 36,3 points de PIB en France en 2020, contre une moyenne de 30,9 point dans la zone euro[1].

Les dépenses de retraite ont atteint 15,7 % du PIB en France contre une moyenne de 13,4 % dans la zone euro. C’est la plus importante source d’écart entre les dépenses publiques de la France et des autres pays de la zone.

Les dépenses publiques de santé représentaient 12,3 % du PIB en France alors que la moyenne européenne était de 11,3 %. Les seules dépenses hospitalières s’élevaient à 3,8 % du PIB en France et 3,4 % dans la zone euro.

Les dépenses associées au chômage (y compris partiel) ont atteint 3,3 % du PIB en France et 2,5 % du PIB en moyenne dans la zone euro.

Les dépenses affectées aux familles et à la lutte contre l’exclusion sociale étaient un peu plus élevées en France.

En additionnant les aides personnelles au logement, les aides à la pierre et les dépenses relatives aux équipements collectifs associés, le coût de la politique du logement s’est élevé à 2,0 % du PIB en France alors que la moyenne européenne était seulement de 1,0 % du PIB.

Les dépenses publiques par fonction en % du PIB en 2020

% du PIB

France

Zone euro

Protection sociale

Dont : retraites

Santé et invalidité

Famille

Chômage

Exclusion sociale

Aides personnelles au logement

36,3

15,7

12,3

2,4

3,3

1,5

0,9

30,9

13,4

11,3

1,9

2,5

1,1

0,4

Aides à la pierre et équipements collectifs

1,1

0,6

Enseignement

5,5

4,9

Loisirs, culture et culte

1,5

1,2

Protection de l’environnement

1,0

0,9

Affaires économiques

Dont transports

6,8

2,2

5,9

2,1

Sécurité intérieure et justice

1,8

1,8

Défense

1,9

1,3

Services généraux

4,4

4,7

Intérêts de la dette publique

1,4

1,6

Total des dépenses publiques

61,6

53,8

Source Source : Eurostat, FIPECO.

Le poste « affaires économiques » est très hétérogène et recouvre notamment les dépenses liées aux transports (construction et entretien des routes…) ainsi que des aides aux ménages et des subventions aux entreprises relevant de politiques publiques très diverses à finalité économique (aides à l’agriculture, aides à l’innovation, crédit d’impôt pour l’emploi de salariés à domicile…et mesures d’urgence en faveur des entreprises en 2020). Leur coût total a atteint 6,8 % du PIB en France en 2020 et 5,9 % du PIB en moyenne dans la zone euro. Le coût de la seule politique des transports en France est proche de la moyenne européenne.

Les dépenses militaires de la France ont représenté 1,9 % du PIB en France contre 1,3 % en moyenne dans la zone euro.

Enfin, la France a dépensé plus pour l’enseignement (5,5 % du PIB) que la moyenne européenne (4,9 % du PIB). Cependant, si elle a dépensé beaucoup plus pour le secondaire et les « services annexes » (restauration…), elle a moins dépensé pour le primaire et le supérieur en pourcentage du PIB.

Les « services généraux » recouvrent notamment les « fonctions supports » telles que la fonction « d’état-major » (Présidence, assemblées et services du Premier ministre), la fonction financière (ministère des finances), la fonction ressources humaines (ministère de la fonction publique), la fonction de représentation (ministère des affaires étrangères) de l’Etat et des collectivités locales. Leur coût représentait seulement 4,4 % du PIB en France contre une moyenne de 4,7 % dans la zone euro.

Ce poste comprend toutefois la recherche fondamentale (non liée à des politiques sectorielles comme la santé, la défense…) qui explique largement cet écart : elle correspondait à 0,3 % du PIB en France contre une moyenne européenne de 0,6 %. Le coût des fonctions supports au sens strict est quasiment identique en France et en moyenne dans les autres pays européens.

Le poste « sécurité intérieure et justice » recouvre les dépenses des forces de l’ordre (police et gendarmerie), du système judiciaire et de l’administration pénitentiaire. Leur coût était au total de 1,8 % du PIB comme en moyenne dans la zone euro. Le coût des tribunaux est plus faible en France (0,2 % du PIB) que dans la zone euro (0,3 %).

Enfin, les intérêts de la dette publique représentaient 1,4 % du PIB en France alors que la moyenne européenne était de 1,6 % du PIB. Si la dette française est plus importante, son taux d’intérêt moyen est plus faible.

A) La répartition des dépenses publiques

La comparaison de la répartition des dépenses par politique publique en pourcentage du total des dépenses publiques permet de voir quelles sont les priorités dans l’affectation d’un même montant de ressources.

La répartition des dépenses publiques en pourcentage du total en 2020

Euros

France

Zone euro

Protection sociale

Dont : retraites

Santé et invalidité

Famille

Chômage

Exclusion sociale

Aides personnelles au logement

58,8

25,4

19,9

3,9

5,3

2,4

1,5

57,4

25,0

20,9

3,6

4,6

2,1

0,7

Aides à la pierre et équipements collectifs

1,8

1,1

Enseignement

8,9

9,1

Loisirs, culture et culte

2,4

2,2

Protection de l’environnement

1,7

1,7

Affaires économiques

Dont transports

11,0

3,5

11,0

3,9

Sécurité intérieure et justice

2,9

3,4

Défense

3,1

2,4

Services généraux

7,1

8,6

Intérêts de la dette publique

2,3

3,0

Total des dépenses publiques

100

100

Source : ESource : Eurostat, FIPECO.urostat, FIPECO.

La part de la protection sociale dans le total des dépenses publiques en 2020 n’était pas très différente en France (58,8 %) et en moyenne dans la zone euro (57,4 %).

La part des dépenses de santé était plus faible en France, mais les parts des dépenses affectées aux retraites, au chômage et à la lutte contre l’exclusion étaient plus fortes.

La part de la politique du logement en France (3,3 % en additionnant les aides personnelles et à la pierre) était beaucoup plus élevée que la moyenne de la zone euro (1,8 %).

La part des dépenses affectées à la Défense était plus élevée en France.

Les parts des dépenses affectées à l’enseignement, à la sécurité intérieure et aux services généraux étaient plus faibles en France (y compris en retirant la recherche fondamentale pour ce qui concerne les services généraux).

La part des intérêts de la dette en France était plus faible que la moyenne européenne.

Les différences ne sont pas très significatives pour ce qui concerne les autres postes.

B) Conclusion

Les dépenses publiques de la France représentaient 61,6 % du PIB en 2020 contre 53,8 % du PIB dans la zone euro.

Le poids des dépenses publiques en pourcentage du PIB est plus important en France pour toutes les fonctions à l’exception de la sécurité intérieure, des transports et des fonctions supports. A un niveau de détail plus fin, on peut noter qu’il est aussi plus faible pour la justice, la recherche fondamentale et les enseignements primaire et supérieur.

L’écart total entre la France et la moyenne de la zone euro résulte surtout des retraites (2,3 points), de la santé (1,0 point), du logement (1,0 point), des « affaires économiques », ensemble hétérogène recouvrant surtout les transports et des aides aux ménages et subventions aux entreprises (0,9 point), et du chômage (0,8 point).

La répartition des dépenses par politique publique en pourcentage du total des dépenses publiques montre que la France a donné une priorité plus grande que les autres pays aux retraites, au logement, au chômage, à la lutte contre l’exclusion et à la Défense. Cette priorisation, par rapport à celle des autres pays, s’est faite au détriment de la santé, de l’enseignement, de la sécurité intérieure et des fonctions supports.

 

[1] Dans les publications d’Eurostat, seule une partie des dépenses de santé est incluse dans la fonction « protection sociale » (les prestations en espèces), les autres étant regroupées dans une fonction spécifique « santé ». Dans cette note, toutes les dépenses liées à la santé et l’invalidité sont comprises dans la fonction protection sociale.

Revenir en haut de page