Faire un don à FIPECO
Graphiques et tableaux
graphiques

Suivez FIPECO

Twitter Facebook Flux RSS

Recevez par email les avis de parution des derniers billets.

Dernières mises à jour fiches et notes

Les salaires publics
(Le 15/11/2018 à 12:25)

La durée du travail dans la fonction publique
(Le 15/11/2018 à 00:18)

Les retraites des fonctionnaires
(Le 10/11/2018 à 12:15)

Sites institutionnels

Partenaires

Soutiens

FIPECO dans les médias

FIPECO

FIPECO le 06.09.2018                                

Les fiches de l’encyclopédie                        II) Déficit et dette publics, politique budgétaire

 

 

2) Le montant et l’évolution du déficit public

 

PDF à lire et imprimer

 

L’expression « déficit public » désigne le déficit des « administrations publiques » (APU) telles que définies par la comptabilité nationale. Elles comprennent trois catégories : les « administrations publiques centrales » (APUC), qui regroupent elles-mêmes l’Etat et les « organismes divers d’administration centrale »[1], les « administrations de sécurité sociale » (ASSO) et les « administrations publiques locales » (APUL). La définition et les modalités d’estimation du solde public, la « capacité de financement » ou le « besoin de financement » (selon son signe) des APU dans la terminologie des comptes nationaux, sont précisées dans une fiche différente.

 

Un déficit public supérieur à 3,0 % du PIB est un « déficit excessif » au sens du traité de Maastricht et du pacte de stabilité et de croissance en vigueur dans l’Union européenne.

 

Cette fiche présente le montant du déficit public en 2017 et son évolution au cours des 45 dernières années, pour l’ensemble des administrations publiques et pour chacune de ses trois grandes composantes. Elle compare le déficit public de la France à celui des autres pays européens en 2017.

A)Le déficit public en 2017

1)Son montant et sa décomposition en 2017

 

En 2017, le besoin de financement des administrations publiques s’est élevé à 61,4 Md€, soit 2,7 % du PIB, après 3,5 % en 2016.

 

Il résulte surtout du déficit des administrations publiques centrales (68,5 Md€, soit 3,0 % du PIB). L’État affiche un déficit de 65,3 Md€ en comptabilité nationale, différent de son déficit en comptabilité budgétaire ou en comptabilité générale (cf. fiche sur ces trois systèmes comptables), et les organismes divers d’administration centrale ont un déficit de 3,1 Md€.

 

Les comptes des administrations de sécurité sociale se soldent par un excédent, une « capacité de financement », de 6,3 Md€ en 2017, soit 0,3 % du PIB, et ceux des administrations publiques locales enregistrent un excédent de 0,8 Md€, soit moins de 0,1 % du PIB.

2)Les comparaisons internationales en 2017

 

En 2017, le déficit public français était le quatrième de l’Union européenne après ceux de l’Espagne (3,1 % du PIB), du Portugal (3,0 %) et de la Roumanie (2,9 %).

 

Le déficit public de la zone euro était en moyenne de 0,9 % du PIB) et celui de l’Union européenne de 1,0 % du PIB. Le solde public de l’Allemagne était excédentaire (1,3 % du PIB), de même que celui de 11 autres pays.

 

Dans le graphique suivant, comme dans ceux des autres fiches, la comparaison est faite avec les plus grands pays en termes de PIB à une exception près, la Belgique dont le PIB est légèrement inférieur à celui de la Pologne. La Belgique a été retenue car elle est beaucoup plus proche de la France que la Pologne en termes de niveau de vie.

 

Source : Eurostat ; FIPECO.

 

Le déficit public moyen des pays de l’OCDE s’élevait à 3,0 % du PIB en 2016 (5,0 % du PIB pour les États-Unis, 4,6 % pour le Japon et 1,9 % pour le Canada).

B)L’évolution passée du déficit public

1)Le déficit public français et sa décomposition

 

Les comptes des administrations publiques (APU) ont été pour la dernière fois en équilibre au début des années 1970. Ensuite, le déficit public s’est fortement accentué pendant les années de récession (1975, 1993 et 2009) ou de fort ralentissement de la croissance (1981, 1991, 2002)[2] et a diminué lorsque la conjoncture était plus favorable.

 

La tendance de ces 40 dernières années est inquiétante : le déficit public est devenu de plus en plus important en période de crise économique ou de fort ralentissement de l’activité et il est revenu ensuite très difficilement vers son niveau antérieur à cette crise ou à ce ralentissement. Si le déficit public a presque toujours été inférieur à 3,0 % du PIB jusqu’en 1990, il n’a été inférieur à cette limite que 6 fois au cours des 25 dernières années. Cette tendance traduit une aggravation du « déficit structurel » des administrations publiques.

 

Source : Insee ; FIPECO.

 

Les évolutions du solde des administrations publiques (APU) sont très proches de celles des administrations publiques centrales (APUC) qui les expliquent pour une très grande part.

 

Le solde des administrations de sécurité sociale (ASSO) était proche de l’équilibre ou excédentaire jusqu’à la fin des années 1980. Ensuite, il a été le plus souvent déficitaire.

 

Source : Insee ; FIPECO.

 

Les administrations publiques locales (APUL) étaient nettement déficitaires jusqu’au milieu des années 1980. Leur situation s’est ensuite progressivement améliorée et elles ont dégagé de légers excédents au tournant des années 2000. À partir de 2004, elles ont renoué avec les déficits, pour des montants relativement limités par rapport à l’Etat. Elles sont à l’équilibre en 2015 et en excédent en 2016 et 2017.

2)Les évolutions dans les autres pays

 

Les déficits publics moyens dans la zone euro et l’Union européenne sont plus faibles que celui de la France depuis 2006, première année pour laquelle ces données sont disponibles, et leurs variations annuelles sont assez voisines.

 

Si le déficit public de l’Allemagne était proche de celui de la France jusqu’en 2005[3], il s’en est nettement écarté à partir de cette date. L’Allemagne a en effet dégagé un excédent de ses comptes publics en 2007 alors que ceux de la France affichait un déficit de 2,6 % du PIB. Cet écart s’est ensuite creusé.

 

 

 

Source : Eurostat ; FIPECO

 

La comparaison avec les trois autres grands pays de l’Union européenne montre que le déficit public de l’Italie a suivi des évolutions proches de celles du déficit français jusqu’en 2006, qu’il s’est nettement moins aggravé durant la crise financière et qu’il s’est ensuite amélioré un peu moins vite, tout en restant inférieur à celui de la France.

 

 

Source : Eurostat ; FIPECO

 

Les finances publiques de l’Espagne étaient particulièrement bonnes à la veille de la crise de 2008-2009, avec un excédent de 2,0 % du PIB, mais de profonds déséquilibres macroéconomiques ont entraîné une très forte récession en 2008-2009 et le déficit public a atteint 11 % du PIB en 2009. En dépit d’un net redressement depuis lors, il restait supérieur à celui de la France en 2017.

 

Le solde public du Royaume-Uni était excédentaire au tournant des années 2000 puis s’est dégradé par paliers jusqu’à un déficit de 10 % du PIB en 2009. Comme l’Espagne, le Royaume-Uni a ensuite redressé nettement ses comptes publics et a ramené son déficit à 1,9 % du PIB en 2017.

 

Parmi les pays de taille moyenne, la Suède se distingue par des comptes publics dont le solde oscille autour de zéro, voire d’un léger excédent, en fonction de la conjoncture et qui sont donc en équilibre, voire en excédent, structurel.

 

La Belgique et les Pays-Bas ont des évolutions de leurs soldes publics semblables à celles du solde public de la France mais à un niveau nettement moins dégradé. Les Pays-Bas ont dégagé un excédent en 2016 et 2017.

 

 

Source graphique : Eurostat ; FIPECO

 

 

 

 

[1] Organismes publics ayant une activité non marchande et contrôlés par l’État.

[2] A l’exception de 2012 et 2013 où le déficit a diminué en dépit d’une très faible croissance.

[3] Sauf en 1995, année encore marquée par le coût de la réunification.